Bien que votre assureur vous expose les avantages et les privilèges que vous obtiendrez en souscrivant à ses offres, ne vous précipitez pas à signer. Tout n’est pas une question de droit, mais également d’obligation. Notez qu’une entreprise d’assurance n’œuvre pas pour la charité. Ils gagnent quelque chose en gérant une mutuelle. Un contrat d’assurance reflétera avant tout un certain équilibre même s’il se base sur le risque. Le choix de la compagnie n’est pas à prendre à la légère. Il y a donc quelques critères à prendre en compte pour éviter les mauvaises surprises, ou les incompréhensions.

Bien s’informer avant de souscrire à une assurance

La plupart du temps, un projet de contrat est proposé par l’assureur à l’ensemble de ses assurés. Les petites compagnies misent surtout sur les actes personnalisés dont le contenu se négocie avec le client. Au contraire, les grandes firmes se limitent plutôt aux contrats d’adhésion dont ils définissent à l’avance les droits et les obligations des parties réciproques. Il n’y a pas vraiment de solution recommandée dans ce cas. En effet, tout dépend de ce que vous recherchez réellement. Dans tous les cas, prenez la diligence d’étudier l’ensemble de toutes les clauses proposées.

L’article L112-2 du code des assurances disposes que l’assureur est dans l’obligation de mettre à disposition de ses prospects une fiche d’information (un devis) concernant les différents tarifs et les garanties accessoires accordées. Les questions d’escroqueries, le législateur obligent les assureurs à respecter la transparence. Vous disposez donc d’informations complètes notamment au sujet de limitations dont les garanties principales et accessoires feront objet. D’ailleurs certains prestataires vous offriront des consultations gratuites à l’exemple du dma contrat.

Une étude approfondie des clauses d’exclusion et de franchise

Si vous ne voulez pas vous encombrer avec les détails en tout genre, confiez juste la lecture et l’analyse des termes contractuelles à un avocat. Il vous expliquera ce que l’on entend par clause d’exécution et franchise qui contiennent généralement les restrictions. La première liste les situations exclues donc du champ de couverture, c’est à dire les circonstances où l’indemnisation sera refusée. Dans ce cas, les causes doivent absolument être explicites et non sujettes à interprétation diverse. Une manipulation juridique des règles de la part d’une société de mauvaise foi vous privera de vos droits.

Par contre la seconde définira votre part de responsabilité si vous causez des dommages à autrui. Certaines circonstances aggravantes augmenteront le pourcentage de cette somme. Tenez-vous donc au courant des majorations et les prix pratiqués par les assureurs en général. C’est surtout à cause de ces deux clauses que naissent les litiges et les questions d’escroquerie. Et elles s’avèrent plus importantes pour les contrats multirisques. Essayez dans ce cas les comparateurs de contrat d’assurance.

Retour